Taoumé: de la Ciotat à Gibraltar

Classé dans : Catamaran Taoumé, Sorties et Croisières | 0

Laciotat gibraltar

Nouvelles des Taouméens en route vers les Canaries: Du Golfe de la Ciotat à Gibraltar

 

Taoumé et son équipage ont quitté le Golfe de la Ciotat fin septembre, cap sur Minorque.

Arrivés sur Mahon après une superbe traversée au portant (210 milles en 30 heures), nous avons profité, pendant une quinzaine de jours, de visiter,  faire de superbes mouillages, et nous balader sur Minorque, Majorque, Cabrera, Formentera.

 

 

Juste un petit aperçu des  coins que nous avons visités et que nous avons appréciés… qui donnent envie de revenir et de s’attarder plus longtemps aux Baléares…

 

  • Minorque - Mahon
    Minorque - Mahon
  • Minorque
    Minorque
  • Minorque
    Minorque
  • Cabrera
    Cabrera
  • Cabrera
    Cabrera
  • Cabrera
    Cabrera
  • Palma de Majorque
    Palma de Majorque
  • Fomentera
    Fomentera
  • Formentera
    Formentera

 

Minorque: Mahon, véritable port naturel au fond d’une profonde cala, de nombreuses criques et mouillages à l’eau cristalline bleu-turquoise, des sentiers, comme le « Cami de Cavale » sillonnant l’île et offrant de belles balades.

Majorque, sa côte nord sauvage aux grandes falaises, avec un seul abri:Puerto di Soller, relié par un vieux train aux wagons en bois, à la jolie ville de Soller et à Palma de Mallorca, ancrée au fond d’une baie immense à l’urbanisation excessive: hôtels, centre de vacances, immeubles, marinas (le plus grand accueil de bateaux de plaisance en Méditerranée)… mais  aussi une belle ville vivante avec un superbe quartier ancien, d’ étroites ruelles, un centre historique avec sa cathédrale gothique surplombant la mer et le palais de l’Almudaina, témoin de l’occupation Maure.

Cabrera, petite île classée parc national, qui mérite le détour pour la beauté de ses paysages sauvages, sa tranquillité hors du temps, son mouillage exceptionnel !

Une autorisation préalable est obligatoire pour mouiller sur corps morts dans son port naturel: Puerto di Cabrera (facile à obtenir sur le site du Parc, corps morts bien organisés, espacés et tarif abordable… que demander de plus…comme quoi la gestion des parcs peut se faire dans de très bonnes conditions recueillant du coup l’adhésion des plaisanciers qui en acceptent les contraintes liées à sa protection… par opposition, voir article:Redevance Mouillages ).

Formentera, petite par la taille mais grande par la beauté de ses paysages, ses plages de sable magnifiques qui s’avancent dans une eau aux reflets turquoises et verts selon la luminosité.

 

playa de muertos

 

Rejoint par Alain qui vient faire un petit bout de route avec nous, nous quittons Formentera le vendredi 9 octobre pour rejoindre Màlaga, que nous devons atteindre le 13 octobre pour qu’Alain puisse prendre son avion… 300 milles… tout devait bien se passer, si Madame Météo ne s’était pas jouée de nous; la traversée jusqu’à la côte espagnole prévue par un bon “levante » qui finalement a préféré se reposer, ne pas souffler et laisser rapidement la place, pendant plusieurs jours, à un vent frais de sud-ouest, une mer hachée et une belle houle, en plein dans le pif…”2 fois la distance, 3 fois le temps »… les aléas de la navigation et de la vie en mer!!!

 

Qu’à cela ne tienne, on fait escale à Almeria, profitant de la soirée pour dire au revoir à Alain en passant la soirée dans un bar à tapas et le lendemain, Alain rejoint Malagà en bus et nous continuons notre route vers Gibraltar…plus besoin de se presser pour rejoindre Gibraltar… un coup de vent est annoncé pour le week-end entre Gibraltar et Madère… nous attendrons la semaine prochaine pour passer le détroit de Gibraltar et traverser vers Madère.

Décidément Gibraltar ne se laisse par approcher facilement ou peut-être qu’Eole qui souffle pour nous depuis si longtemps en Méditerranée ne veut pas nous laisser partir…qui sait?  En attendant, nous progressons lentement,en louvoyant, toujours avec un vent de sud-ouest, une mer hachée et une forte houle qui nous secouent bien…

Jusqu’à ce que le vent tourne (ouf!) et que nous profitions d’une journée de superbe navigation… que du plaisir, sous gennaker et grand-voile, Taoumé glisse avec juste le clapotis de l’eau le long des coques. Sur cette mer toute lisse, plusieurs groupes de dauphins viennent jouer dans les étraves sous nos yeux émerveillés!

 

 

gibraltar-1.jpg

 

Nous atteindrons le lendemain Gibraltar sous la pluie, un beau  crachin et le rocher de Gibraltar qui se cache dans le brouillard… rain and fog… serions-nous enfin arrivés chez les British???

Taoumé, Michel et Michèle sont au mouillage dans la baie d’Algerisas… le temps d’aller voir les singes sur le rocher de Gibraltar… et d’attendre que le temps soit plus clément… pour quitter la Méditerranée, passer le détroit de Gibraltar et découvrir l’Océan avec sa houle et écouter le conseil de notre ami Eric: “n’oubliez pas les marées!”.

 

 

 

Prochaine étape: MADERE à 600 milles… n’hésitez pas, si le coeur vous en dit, à venir nous rejoindre et partager ces moments avec nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.